Alcool et Grossesse

Que ce soit de l’alcool, du tabac, des substances illicites ou certains médicaments, tous franchissent à des degrés divers la barrière placentaire et imprègnent le foetus.

L'alcool

La consommation de boissons alcoolisées peut entraîner des retentissements sur la grossesse et sur le développement du foetus. L’alcool absorbé par la future maman traverse facilement la barrière du placenta : quand maman boit de l’alcool, bébé en boit aussi.

Selon le niveau et la durée d’alcoolisation de la femme pendant sa grossesse, les conséquences sont variables : avortement spontané, accouchement prématuré, naissance d’un enfant mort-né, malformations, séquelles multiples et retard dans le développement physique, neurologique et psychologique…

Après la naissance, le retard de croissance peut persister ainsi que des troubles des acquisitions, du comportement…

Les troubles des acquisitions sont variables en fonction de l’atteinte cérébrale et du contexte environnemental. Il existe des difficultés d’apprentissage scolaire avec des troubles d’attention et des troubles de la mémoire à court terme. On rencontre aussi des troubles du langage au niveau de l’expression ou la compréhension. Au niveau du comportement, on rencontre des  difficultés dans la gestion des émotions et un retentissement sur l’apprentissage scolaire.

A l’extrême, un enfant atteint peut présenter des signes définis sous le sigle de SAF : Syndrome d’Alcoolisation Foetale.

  • une alcoolisation confirmée pendant la grossesse
  • un retard de croissance qui apparaît en milieu de grossesse
  • des malformations diverses
  • une atteinte du système nerveux central
  • une dysmorphie craniofaciale : exemple sur les schémas suivants

0 alcool = 0 risque

A ce jour, il est impossible de déterminer ce qu’est une consommation d’alcool à risque pour le bébé. Ne sachant pas où est la limite, la préconisation est le suivante :  0 alcool = 0 risque

Lieux de consultation :

Documentation :